Association des Anciens Combattants

 

LES FORCES SPECIALES, LEURS ACTIONS PAR LE COMMANDANT EN SECOND DU 13° REGIMENT DE DRAGONS PARACHUTISTES  

Le  13° Régiment de Dragons Parachutistes ( 13°RDP), comme indiqué à l’instant par le Colonel BULTEZ est rattaché au Commandement des Forces Spéciales Terre (COM FST), aux côtés du 1er RPIMA et du 4° régiment de l’ALAT pour les opérations spéciales.

Depuis 2011, il est stationné en Gironde au camp de Souge (3000 ha) commune de Martignas sur Jalles.

Héritier d’un régiment de Dragons  (infanterie montée) crée le 4  octobre 1676 par le marquis de Barbezières, il devient le 13° régiment de Dragons le 01/01/1791. A partir de cette date, la volonté révolutionnaire était de faire table rase du passé, en remplaçant toutes les appellations faisant référence à l’ancien Régime

Jusqu’en 1952, il connaît diverses  dissolutions (1815, 1940 avec la perte de 90 % de ses effectifs, 1946) et reconstitutions (1855 : Dragons de l’impératrice Eugénie, 1944 et enfin 1948).

En 1952 il prend son nom définitif de 13° RDP.

De 1955 à 1961 il est allé en Algérie

Héritier  des « Dragons de l’impératrice Eugénie »,  la princesse Alix NAPOLEON acceptait en 1959  de devenir la marraine du régiment, mission qu’elle accomplit toujours fidèlement. Elle  participe entre autres manifestations, à l’anniversaire le 29/09 de la Saint-Michel, saint  patron des parachutistes.

Il s’est spécialisé dans le renseignement depuis 1963 : spécialement en RDA  pour surveiller les forces soviétiques dont on craignait l’intervention.

Des petites équipes de 5 personnes (groupe d’observation, groupe radio) sont parachutées parfois assez loin en territoire adverse. Elles doivent s’enterrer assez profondément pour ne pas être repérées dans des lieux très isolés, hostiles par tous les temps pendant souvent plusieurs semaines. Leur récupération est parfois délicate.

L’évolution politique qui a amené à la chute du mur de Berlin en 11/89 a modifié ses missions.

En 1977, son action s’est orientée sur les opérations Extérieures. (OPEX)

Avec chaque année un nouveau pays : Mauritanie (77), Tchad, Zaïre (Kolwezi) en 78 ;

République Centrafricaine (79) ; Tchad à nouveau de 83 à 92 (Opération Manta puis Epervier) ; Togo (86) puis Guerre du Golfe (90-91), Rwanda et  Zaïre (91)

En 1993, il participa à la recherche de criminels de guerre en ex Yougoslavie.

Somalie en 92-93, Cambodge (93) ; Rwanda à nouveau (94) ; Comores (95) ; République Centrafricaine encore (96-97) ; Albanie (97) ; Gabon (98) ; Macédoine et Kosovo (99)

En 2001 il est intervenu en Afghanistan en liaison avec des troupes américaines.

Depuis 2001 une douzaine d’autres pays ont fait partie de ses missions

Composé d’environ 800 personnes (dont  21 femmes), il travaille bien sûr pour le Commandement des Forces Spéciales Terre (COM FST) auquel il est rattaché directement, mais aussi  pour la Direction du Renseignement Militaire (DRM) dépendant du Chef d’Etat-major des Armées (CEMA).

Il est composé d’escadrons correspondant à son organisation et  à  ses missions très variées :

  • Instruction (école de formation du 13°RDP pour toutes les missions de renseignements avec 14 formations spécifiques).
  • Milieu nautique
  • Montagne (grand froid mais aussi zones équateur)
  • Désert
  • Sauts de grande hauteur jusqu’à 10 000 m (chute libre)
  • Transmission et traitement de l’information
  • Exploitation du Renseignement
  • Escadron de Commandement et Logistique (ECL)

Comme pour l’Armée de Terre dans son ensemble, 1/3 de l’effectif  se prépare à ses missions, pendant que l’autre est en opération et le dernier tiers en récupération.

Le RENSEIGNEMENT sur le terrain en profondeur  est sa mission principale, en liaison avec la population locale. Il intervient sur 45 pays et  en permanence sur une quinzaine de théâtres d’opérations pour le COM FST ou la DRM.

En dehors des techniques de cache (camouflage pour observation), il utilise les moyens modernes (drones, caméras d’observation notamment).

La formation initiale  dure 18 mois répartie en 5 phases : après une formation initiale de 13 semaines, les personnes engagées passent un brevet militaire de parachutiste (2 semaines) , suivi d’un stage de préparation (5 semaines) puis de formation (46 semaines)  à la recherche aéroportée ( radio ou observateur en équipe de recherche) qui se termine (6 semaines) dans la spécialité choisie (nautique, montagne, désert, chute libre).

Les contrats sont de  5 ans renouvelables, beaucoup de personnes provenant d’autres unités de l’Armée de Terre.

Environ 80 personnes par an sont recrutées, certaines faisant toute leur carrière au 13°RDP

 

Serge CHAURÉ
05 56 20 90 37