Infos pratiques

Un nouveau terminus pour votre ligne 62

Les nouveaux arrêts « Fayzeau » et « La Belle Etoile » sont desservis par les lignes 62, le Resago Bouliac et les Flexos 38 et 52.

****************

Les trams, les lianes et les lignes Flexo de soirée vous accompagnent dans toutes vos sorties nocturnes.

Les trams et les Lianes circulent jusqu’à 1h du matin les jeudis, vendredis et samedis soirs (minuit les autres jours).
A partir de 21h30, la ligne Flexo 52 prend le relais pour desservir en fin de soirée votre commune de Bouliac.
Simple à utiliser, depuis le centre ville au retour, vous montez dans la ligne Flexo 52 et demandez au conducteur de vous descendre à l’arrêt de votre choix.
Depuis votre commune, si vous voulez emprunter une ligne Flexo après 21h appelez alloflexo (avant 19h) pour demander le passage du bus. N°Vert 0 800 86 89 99.
A découvrir sur notre dépliant présent dans toutes les agences TBM, sur infotbm.com rubrique plan, ou demandez le au 05.57.57.88.88.


AVC AGISSEZ !

Du 23 au 29 octobre 2017 – Semaine de prévention de l’hypertension artérielle et de l’arythmie cardiaque, deux causes principales de survenue des Accidents Vasculaires Cérébraux.

Troisième cause de mortalité et première cause de handicap en France, les accidents vasculaires cérébraux entrainent une surmortalité des moins de 65 ans en Nouvelle-Aquitaine. En moyenne 2 personnes sont touchées par un AVC toutes les heures et plus d’1 sur 3 gardera des séquelles invalidantes.
Après avoir réalisé une vaste campagne de communication pour faire connaitre les signes d’alerte des AVC et reflexe d’appel au 15, l’Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine et de nombreux acteurs de santé souhaitent agir en amont en organisant une semaine de prévention de l’hypertension artérielle et de l’arythmie cardiaque : deux causes principales de survenue des AVC.

Hypertension et arythmie : 2 causes principales de survenue des AVC

L’excès de pression artérielle est impliqué dans 80% des AVC et des battements de cœur irréguliers (arythmie) sont responsables d’1 AVC sur 5. Par ailleurs, des artères abîmées peuvent également être responsable d’un AVC.

  • 2 personnes touchées par heure,
  • +d’1 sur 3 des séquelles invalidantes,
  • les maladies cardio-neuro-vasculaires représentent la 1ère cause de mortalité en Aquitaine,

N’attendez pas de faire un AVC, consultez votre médecin !

Vous pouvez faire de l’hypertension et/ou de l’arythmie sans le savoir. Afin d’éviter des risques inutiles, pensez à faire vérifier votre tension et votre pouls lors de d’une prochaine consultation chez votre médecin. Un geste simple qui permettra à votre médecin de vous conseiller sur le comportement ou le traitement à adopter.

Saisissez-vous de votre santé pour éviter les AVC

Pour les AVC, la bonne nouvelle est que la prévention est efficace. Elle peut corriger les principaux facteurs de risque, qui sont d’ailleurs communes à l’ensemble des maladies cardiovasculaires : l’hypertension artérielle, l’arythmie cardiaque, l’hypercholestérolémie, le diabète, le tabagisme, l’obésité et l’alcoolisme chronique.
Trois comportements simples à adopter pour éviter les AVC :

  • Pratiquer une activité physique régulière,
  • Adopter une alimentation équilibrée et pauvre en sel,
  • En cas de traitement contre l’hypertension ou pour stabiliser le rythme cardiaque, bien respecter les prescriptions,

Les AVC en chiffres

En France

  • 1ère cause de handicap acquis de l’adulte
  • 3ème cause de mortalité
  • 130 000 personnes atteintes chaque année d’un AVC dont 1/3 garde des séquelles
  • 75% des personnes qui en sont atteintes ont plus de 65 ans, mais 15 000 hommes ou femmes de moins de 45 ans sont frapppés chaque année
  • L’hypertension artérielle est impliquée dans 80% des AVC
  • L’arythmie cardiaque est responsable d’1 AVC sur 5

En Nouvelle-Aquitaine

  • Les AVC touchent 2 personnes par heure,
  • 25% des AVC touchent des personnes de moins de 65 ans, c’est à dire des personnes en âge de travailler,
  • 57% des victimes d’AVC sont des femmes,
  • Le risque de récidive à 5 ans est de 30 à 43%

 


CONTROLE SANITAIRE DES EAUX DESTINEES A LA CONSOMMATION HUMAINE

bulletins des analyses du contrôle sanitaire de la qualité de l’eau

 


Les ruches et les abeilles

adult-1866740_960_720

Tout apiculteur ou toute personne détentrice de ruches, en milieu rural ou urbain, doit se conformer aux prescriptions des textes légaux ou règlementaires en vigueur.
En effet, le Code Rural notamment ses articles 206 et 207, et l’arrêté préfectoral de Gironde, en date du 26 mars 1985, relatif aux emplacements de ruches et à leur surveillance sanitaire, précisent les conditions de détention des ruches.
Arrêté relatif aux emplacements et à la surveillance sanitaire des ruches
En complément de la réglementation, il parait important de bien réfléchir avant d’acquérir des ruches chez soi et de mesurer l’impact que cela pourrait avoir sur le voisinage.

Quelques réflexions ou astuces pour éviter que nos amies les abeilles viennent perturber la tranquillité ou la sécurité d’autrui :

  • Pensez à vous renseigner si un terrain plus vaste ne conviendrait pas mieux à vos ruches avec l’accord du propriétaire,
  • Prenez contact avec des professionnels pour choisir le type d’abeille que vous souhaitez acquérir et qui correspondrait au mieux à l’environnement dans lequel vous vivez,
  • Si vous résidez en lotissement, consultez les règlements de ce dernier ou évoquez votre projet en Assemblée Générale,adult-1866740_960_7206
  • Veillez à ne pas vous laisser déborder par votre passion en multipliant le nombre de ruches,
  • Si vous résidez à côté d’un voisin qui a une piscine, placez dans votre jardin un grand bac avec un flotteur (un simple morceau de bois suffit) et demandez à votre voisin qu’il vous remplisse ce bac de son eau de piscine ; les abeilles viendront boire dans ce bac et non dans la piscine du voisin !
  • Prenez la précaution de vous enquérir si vos voisins les plus proches ne sont pas allergiques aux piqûres d’abeilles.

Si vous possédez des ruches, n’oubliez pas de les déclarer sur : http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr/demarches/exploitation-agricole/obtenir-un-droit-une-autorisation/article/declarer-la-detention-et-l-294
du 1er septembre au 31 décembre 2016 pour cette année.

 

 


Lutte contre les rongeurs

Les rongeurs commensaux

Le rat d’égout vit principalement dans les égouts et des terriers creusés dans le sous sol à partir du réseau d’assainissement (branchements défectueux, rupture de canalisations…). Il trouve dans ce réseau à boire, à manger, la sécurité et y circule profitant du moindre défaut structurel pour remonter à la surface à proximité de nourriture accessible et moins polluée. Il peut s’infiltrer dans des interstices de 12 mm. Il ne s’installe durablement sous une maison ou dans un jardin que s’il se sent en sécurité et qu’il trouve à proximité une alimentation régulière et à boire.

La souris grise vit plutôt à l’intérieur et niche à tous les niveaux des habitations. Elle construit son nid avec des papiers, tissus, matériaux divers, même de la laine de verre. Peut s’infiltrer dans des interstices de 6 mm. . Elle vit sur un territoire très limité et s’aventure rarement à plus de quelques mètres de son nid. Curieuse, elle a tendance à grignoter en plusieurs endroits et à diverses sources à chaque repas.

Le nombre de rongeurs installés sur un site est directement proportionnel à la nourriture disponible.

Conseils pour lutter contre les rongeurs

 Les mesures suivantes sans recours aux produits chimiques sont souvent suffisantes pour éviter ou limiter leur présence à son domicile. Elles doivent être privilégiées.

SOURIS GIF

 

Pour qu’ils n’accèdent pas à la nourriture (rats/souris) :

  • Mettre hors d’atteinte les produits destinés à l’alimentation des hommes et des animaux.
  • Nourrir les animaux de compagnie à heures fixes puis ramasser les gamelles.
  • Ne pas nourrir les animaux errants et les pigeons (R.S.D.).
  • Mettre les ordures ménagères dans des poubelles ou containers correctement fermés.
  • Vérifier la présence des bouchons de vidange sous les containers O.M
    Attention aux composteurs qui fournissent le gite et le couvert.

Pour limiter les cachettes et déplacements à couvert (rats/souris) :

  • Tenir propre cours et jardins et désencombrer au maximum les caves (et logements).

Pour qu’ils ne remontent pas du réseau d’assainissement (rats) :

  • Maintenir en place et en bon état les grilles ou couvercles des regards, des descentes d’eau pluviale (espace inférieur à 1 cm.) ainsi que les siphons de sol.
  • Réparer les canalisations cassées, étancher les emboitages de tuyaux.
  • Fermer les canalisations inutilisées et poser un grillage sur le tuyau d’évent.
  • Maintenir en bon état les crapaudines en fond de gouttière.
  • Faire contrôler et réparer si besoin le réseau d’assainissement entre l’habitation et le branchement au collecteur s’il y a des trous de rats dans le sol de la cour, du jardin, de la cave.
 En téléchargement

Pour qu’ils ne pénètrent pas dans l’habitation, ne passent pas d’une pièce à l’autre (rats/souris) :

  • Maintenir en place les grilles des vides-sanitaires et poser un grillage (maille de 1cm/1cm pour les rats et 0.5cm/0.5cm pour les souris) aux soupiraux.
  • Installer des plinthes-brosses anti-rongeurs aux bas des portes extérieures.
  • Boucher trous et fissures.
  • Colmater les passages de gaines, câbles, tuyaux dans les sols et les murs à l’aide de mastic anti-rongeurs.
  • Attention aux arbres surplombant les habitations et à la végétation grimpante.
  • Si des rats montent le longs des gouttières, y installer des troncs de cônes de 30 cm ouverts vers le bas. Le sommet doit être ajusté au diamètre de la gouttière et les côtés solidaires du mur. Ces obstacles devront être placés à une hauteur minimale de 80 cm.

La lutte physique à l’aide de pièges adaptés et bien placés (tapettes, nasses, plaques de glu) reste efficace pour quelques individus.
La lutte chimique est parfois nécessaire en complément des mesures prophylactiques, préventives et/ou curatives que vous aurez prises, il est alors plus prudent de faire appel à un professionnel.

Rien ne sert de traiter (d’appâter) chez soi :

  • Si on ne recherche pas par où ils viennent et pourquoi afin d’y remédier.
  • S’il n’y a pas de trace de rongeurs (tas de crottes à plusieurs reprises, dégradations, galeries…)
  • Si on ne contrôle pas régulièrement les boites d’appâtage afin de les réapprovisionner.
  • Si on a vu passer un rat une fois.
  • Si dans un immeuble collectif, on est seul à lutter (souris).

La lutte offensive n’est vraiment utile que dans les réseaux d’assainissement car elle permet de maintenir les colonies de rats d’égouts à un niveau acceptable. C’est pour cela que la Lyonnaise des eaux traite les collecteurs deux fois par an.
Si vous apercevez des rats sortir des égouts sur la voie publique, vous pouvez téléphoner à la Lyonnaise des eaux au 09 77 40 10 13.


Devenez acteur initiez vous aux premiers secours ! « Il y a des gestes qui sauvent »

Devenez acteur : initiez vous aux premiers secours !Les-gestes-qui-sauvent_frontpagefocus

Après les attentats de novembre 2015, de nombreux Français ont exprimé le souhait de connaitre les gestes utiles pour sauver des vies.
Pour répondre à cette demande, le ministère de l’Intérieur avec l’ensemble des acteurs du secours et en partenariat avec l’Éducation nationale, organise des séances d’initiation de 2 heures. Au cours de ces sessions gratuites, certains gestes de premiers secours seront enseignés : alerter les secours, masser, défibriller et traiter les hémorragies.

> Programme de la session de formation aux gestes qui sauvent – format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier – 0,10 Mb

S’initier aux gestes essentiels du secours d’urgence

Ces gestes peuvent être pratiqués lors d’accidents de la vie quotidienne ou de situations exceptionnelles comme les événements tragiques du 13 novembre 2015.

Ces sessions sont organisées sur l’ensemble du territoire français au cours du mois de février. Elles ne donnent pas lieu à la délivrance d’un diplôme mais chaque participant recevra une attestation délivrée par le formateur au nom du préfet.

En Gironde, ces sessions auront lieu le samedi 6 février 2016 sur l’ensemble du département. La journée s’articulera autour de trois sessions de 2 heures : 10h-12h, 14h-16h et 16h15-18h15. Le nombre de participants par session sera limité à 12.

Où s’initier aux gestes qui sauvent ?

Consultez le programme des sessions d’initiation en Gironde : 

> Programme journées gestes qui sauvent – format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier– 0,04 Mb

Si vous êtes intéressé, vous pouvez vous inscrire dès à présent à cette adresse : www.gestesquisauvent.eventbrite.fr

 


Lutte contre les moustiques

culex_pipiensLes larves du moustique urbain « culex pipiens », espèce la plus courante à Bordeaux, se développent dans tous les points d’eau stagnante chargée en matières organiques, surtout au printemps et en été.

Les gites potentiels et les moustiques adultes sont, en effet, beaucoup plus nombreux dès qu’il fait chaud. En période de fortes chaleurs un cycle complet peut s’effectuer en une semaine seulement. En ville cependant, la température de l’eau de certains gites (caves, vides-sanitaires inondés, anciennes fosses vidangeables…) est propice à la prolifération des moustiques toute l’année.

Conseils :

  • Supprimer tous les points d’eau stagnante ou, à défaut, les rendre inaccessibles aux moustiques (par la pose de grillage moustiquaire aux ventilations des vides sanitaires inondés, aux évents des fosses vidangeables).
  • Eviter les dépôts sauvages et recycler les déchets dans les filières appropriées.
  • Ranger ou supprimer tous les objets ou récipients pouvant contenir de l’eau stagnante autour des habitations.
  • Eliminer absolument les vieux pneus.
  • Nettoyer régulièrement les gouttières, les regards, les caniveaux et vérifier leur bon écoulement.
  • Obturer parfaitement les accès des citernes de recueil d’eau de pluie ou les grillager avec un grillage inoxydable à maille très fine.
  • Vider au minimum tous les huit jours les bidons de récupération des eaux de pluie dans les jardins potagers ou les couvrir parfaitement d’un grillage inoxydable à maille très fines.
  • Mettre des poissons rouges ou des gambusies dans les bassins d’ornement car ils se nourrissent de larves de moustiques.
  • Combler les fosses septiques et fosses vidangeables non fonctionnelles ou obturer les accès en bétonnant les boucliers de visite et en posant un grillage inoxydable à maille très fine à l’extrémité de la conduite d’aération.
  • Lutter contre l’inondation des caves.
  • Pour les vides-sanitaires des constructions neuves : faire une pente régulière convergeant vers un point bas avec exutoire vers l’extérieur. Ne pas oublier de combler les dépressions qui bordent les fondations. Prévoir une libre circulation des eaux entre les compartiments au moyen de trous situés au niveau le plus bas et à travers les murs de refend, de manière à obtenir un assèchement total et permanent. Ne pas excaver le sol si la nappe phréatique est proche de la surface

 

Lutte contre la dissémination du moustique tigre « Aedes albopictus »


Le moustique Aedes albopictus est un moustique d’origine tropicale, également appelé moustique tigre en raison des zébrures qui parcourent son corps effilé. Il est de petite taille, environ 5mm. Ce moustique peut, dans certaines conditions très particulières, être vecteur des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika.

Jusqu’à présent, aucun cas autochtone (c’est-à-dire non importé d’une zone d’endémie) n’a été signalé en Nouvelle-Aquitaine. Même s’il n’existe pas d’épidémie de ces maladies actuellement en France métropolitaine, la vigilance de chacun est précieuse pour limiter les risques.

C’est pourquoi une surveillance particulière de ce moustique est ainsi mise en place en métropole du 1er mai au 30 novembre de chaque année comme le préconise le plan national anti-dissémination du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce plan décrit les mesures de surveillance, de lutte contre la prolifération du moustique et de protection des personnes. Il classe le risque en 6 niveaux (0 à 5).

Cette surveillance a permis de détecter l’implantation du moustique tigre en Dordogne, en Gironde, dans les Landes, le Lot-et-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques (départements classés au niveau 1 du plan national). Dans les autres départements (ex Limousin et ex Poitou-Charentes), le moustique tigre n’est pas encore implanté.

Comment signaler un moustique tigre ?

L’ensemble de la population peut participer à la surveillance de cette espèce afin de mieux connaître sa répartition. Il s’agit d’une action citoyenne permettant ainsi de compléter les actions mises en place.

Rendez-vous sur le site www.signalement-moustique.fr où un questionnaire vous permettra de vérifier rapidement s’il s’agit bien d’un moustique tigre.

N’hésitez pas à consulter les dossiers ci dessous:

Moustique_tigre_particuliers_depliant_national

moustique_niveau1_2017

 


 

Quand confondre bouche d’égout et poubelle impacte le dispositif de lutte contre les inondations

Les bouches d’égout, dit « avaloirs » constituent les « portes d’entrée » par lesquelles les eaux de pluie, qui ruissellent sur le sol, entrent dans le réseau d’assainissement.Nettoyage des avaloirs

Leur fonction ? Absorber les eaux de ruissellement de la voirie afin de protéger les biens et les personnes des inondations. Pour assurer pleinement leur office, les avaloirs doivent être dégagés de tout encombrant. En cette période automnale, les services de propreté des communes et la Sgac, le délégataire du service de l’assainissement de La Cub s’affairent pour les maintenir en parfait état de fonctionnement en dégageant les feuillus et autres encombrants du domaine public.

Chacun d’entre-nous peut également être un acteur de la lutte contre les inondations, en adoptant un geste simple et citoyen : « Je retire et jette à la poubelle les déchets visibles (canettes alimentaires, feuillus, …) qui obstruent la bouche d’égout.


Mon vélo ! Où est passé mon vélo ?

Capture véloLe site velos-objets-découverts-33.fr met en ligne les photographies des vélos et objets découverts par les services de la Direction Départementale de la Sécurité Publique de la Gironde.

Si vous identifiez un vélo (ou tout autre objet) qui vous appartient, vous pouvez :

-Contacter l’Hôtel de Police au 06.28.75.46.31– de 08h00 à 12h00 et de 13h00 à 17h00
-Adresser un courriel :   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ddsp33-velos-objets@interieur.gouv.fr Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser
-Vous rendre à l’adresse suivante : Hôtel de police – 23 rue François de Sourdis – 33000 Bordeaux (08h00-12h00 / 13h00-16h30, du lundi au vendredi, après prise de rendez-vous au numéro indiqué ci-dessus afin d’éviter toute attente)

velos 1

logoAssociation VELOPERDU

Protéger et retrouver son vélo

http://www.veloperdu.fr

 

 

 

 


Opération tranquillité vacancesOperation-Tranquillite-Vacances-Affiche-Bleue

Comme chaque année, le Ministère de l’Intérieur propose l’ « Opération tranquillité Vacances », dispositif destiné à prévenir les cambriolages commis dans les domiciles laissés vacants pendant la période des vacances. Ainsi, à l’occasion de la période estivale, les personnes désireuses de mieux se protéger contre les vols par effraction peuvent signaler leur départ en vacances en renseignant le dépliant mis à disposition dans le Commissariat de Police compétent pour leur domicile. http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Operation-tranquillite-vacances